Search: 
Connaissance
Conscience
Science

2019- Perturbations du champ péricorporel

Perturbations du champ péricorporel

Cette présentation est la suite de Couple anode-cathode; genèse du champ péricorporel

Le champ péricorporel est une réalité biophysique connue depuis des millénaires mais ignorée par la science biomédicale actuelle encore coincée dans un paradigme mécaniste réductionniste qui ne peut mesurer que le quantifiable centrifuge.

Le corps humain étant un complexe de matière conjuguée à l’antimatière peut donc détecter des phénomènes inaccessibles à la technologie actuelle. Il peut résonner avec l’antimatière et avec l’infini.

Les perturbations de ce champ permettent de comprendre des problèmes ontologiques ou subquantiques qui se manifestent au niveau ontique ou quantique. La pratique en gestion du stress montre que la plupart des problèmes oncologiques sont dus à un problème ontologique sous-jacent.

Ce champ péricorporel constitué d’un secteur matière couplé à un secteur antimatière peut présenter toute une série de perturbations;

1/ Amputations d’un ou 2 secteurs

2/ Permutations des 4 dynamismes matière et antimatière

3/ Trous noirs matière accompagnés d’un trou blanc antimatière

4/ Trous noirs-trous blancs matière et antimatière axe orthosympathique

5/ Trous noirs-trous blancs matière et antimatière axe parasympathique

6/ Trous noirs-trous blancs anode et cathode.

7/ Distorsions aux niveaux quantique et subquantique

8/ Confusions aux niveaux quantique et subquantique

 

A. Rappel des notions de base

 

 

Figure 1

Zones de résonance pigmentaires normales du sujet bien centré. C’est l’étalon de mesure.

 Les 4 dynamismes matière forment un couple avec les 4 dynamismes antimatière. Un couple est constitué par 2 forces antagonistes et complémentaires. Pas de matière sans antimatière.

 

 

Figure 2

Zones de résonance matière et antimatière non détectables chez le sujet stressé.

Un problème subquantique empêche la turbine énergétique quantique de fonctionner normalement et les zones de résonance pigmentaire ne sont plus perçues.

Il faut trouver l’information semblable au problème sous-jacent qui va rétablir la présence des zones de résonance.

En amenant près du corps l’information écrite du diagnostic suspecté, les deux informations semblables se neutralisent comme dans l’inhibition allostérique enzymatique. Les zones de résonance physiologique vibratoire réapparaissent.

Devant l’absence de champ péricorporel détectable par résonance biosémantique vasculaire il faut rechercher la nature du problème qui peut se situer à tous les niveaux.

 

A.1 - Quelle est la nature du problème

 

Tableau 1

 

Figure 3

La science classique est dominée par la logique de non-contradiction. La physique quantique a introduit la logique de contradiction. L’être humain est un complexe de matière conjuguée à l’antimatière qui peut donc résonner à l’antimatière. C’est un complexe de fini et d’infini qui peut donc résonner avec l’infini et qui est animé par la logique de double contradiction croisée. (1)

L’équivalence vibratoire entre résonance pigmentaire et résonance idéogrammique permet de comprendre que le corps en tant qu’hologramme est un oscillateur harmonique qui résonne à tous les niveaux de réalité physique, biologique, psychologique et spirituel.

La sémantique dépend de la logique

 

A.2 - Problème de logique

Logique classique = Non contradiction, sémiotique, linéaire, mélodie

Logique quantique = Contradiction, dynamisme antagonisme, chœur, contrepoint

Logique sphérique = Double contradiction croisée, ontologie, symphonie, harmonie

 

A.3 - La logique émane de l’embryologie

Tableau 2

René Thom (2) a été le premier à suggérer une résonance entre la linguistique et l’embryologie. La résonance biosémantique vasculaire a confirmé son intuition que l’ectoderme objet, l’endoderme sujet et le mésoderme le verbe.

 

A.4 - La logique émane de l’embryologie qui émane de la géométrie

Tableau 3

L’ectoderme est un plan (2D). L’endoderme traduit la rotation du plan pour former un tube (3D). Le mésoderme intraembryonnaire traduit la spirale qui est une combinaison de rotation et de translation. Le mésoderme extraembryonnaire exprime la formation de la sphère qui est l’intégrale de toutes les spirales coniques.

La logique de non contradiction s’applique à la géométrie plane euclidienne et à la pensée linéaire dite objective. Mais le vivant est une structure non linéaire globale Le métabolisme fonctionne par couples. Un couple est une contradiction entre 2 forces complémentaires et antagonistes. Une autre logique est nécessaire. Le Logos est équivalent vibratoire de l’Un. La résonance biosémantique mésodermique fait passer de l’infinité à l’unité.

  Un paradigme est l’ensemble des préjugés inconscients d’une communauté. C’est une grille d’analyse qui permet de localiser certaines choses, ce qui est local, mais empêche de détecter ce qui est non local. La grille nous met en cage. (Le paradoxe d’aujourd’hui est le préjugé de demain.)

 

La dualité corpusculaire - ondulatoire est un phénomène général. Selon l’angle de vision une même réalité peut être perçue comme corpuscule ou champ ondulatoire. La science biomédicale officielle ne connaît que l’aspect corpusculaire. Il n’y a pas de corpuscule sans champ. Un corpuscule est local. Un champ est non local.

On assiste cependant à une recherche importante dans les milieux qui ne sont plus coincés par des contraintes administratives disciplinaires (voir www.holoener.com/ contacts; SSE, WISE)

Le terme d’aura (lumière) est le plus connu. La physique montre que matière et antimatière en opposition de phase s’annihilent pour produire un rayonnement gamma, phénomène utilisé en tomographie par émission de positrons pour étudier le métabolisme de cellules néoplasiques.

Beaucoup de noms ont été donnés à ce champ biophysique physique qu’une approche corpusculaire centrifuge ne peut détecter.

 

Tableau 4

Reproduit de Biosemantics of syntropy Viterbo 2013

Les travaux de Daniel Courty (2) nous ont fait découvrir une autre terminologie

Tableau 5

La résonance biosémantique vasculaire agit comme un spectroscope qui permet de détecter les équivalences vibratoires des différents termes. Ces champs appartiennent au plan sémiotique quantique ou énergétique de la dualité ondulatoire-corpusculaire.

L’énergétique est commandée par le plan sémantique subquantique de la dualité analogique-numérique qui est le plan de l’information et du sens.

Daniel Courty a attiré notre attention sur le terme de Psyché. (3) On a vérifié les termes français et les termes grecs originaux. Psyché est un stade de l’axe vertical subquantique sémantique.

La Psyché est le plan juste avant l’Être qui est équivalent vibratoire de Trou de Vers cosmologique et Bande de Moebius où intérieur et extérieur ne font qu’un. C’est la distinction entre psychologie et ontologie. Au niveau de l’Être le local devient Non Local. La Psyché reste locale.

Exploration par résonance biosémantique vasculaire des termes grecs Psyché Ψυχη (2) qui appartient au plan sémantique de l’axe vertical subquantique qui est équivalente vibratoire de l’échelle de Jacob permettant le passage de l’interobjectivité à l’intersubjectivité. Cette intensification progressive des barreaux de l’échelle nous fait sortir de la caverne de Platon.

 

Intensification de la Complexification subquantique

Νοος ≈ symbolique ≈ complémentarité entre analogique et numérique

Πνευμα ≈ diabolique ≈ antagonisme entre analogique et numérique

ΑγαπηΝοος + Πνευμα ≈ symbolique + diabolique ≈ Agapè ≈ omniscience

ΫβριςΝοοςΠνευμα ≈ symbolique - diabolique ≈ Hubris ≈ omnipotence

Ψυχηsouffle de vie Αγαπη + ΫβριςSENS

Γνώσις ≈ Sens + Non-Sens ≈ ÊTRE ≈ εἰμί

 

             libre arbitre égo transcendental Soi védantique    

              Supramental Gott

Λογος ≈ Être + Non Être ≈ UN (≠ Non Aliud ≈ Un + Non Un)

            ≈ Intuition ≈ Intellectus ≈ Hasard ≈Je transcendental

            ≈ Nous TranscendentalGottheit

 

Termes grecs originaux à la base de nos sciences

Psyché Agapè + Hubris ≈ Créativité ≈ Sens

                  ≈ Omniscience + omnipotence

                  ≈ Sensibilité + sensualité

                  ≈ Miracle + magie

 

Psychè (≈ SENS) → Gnosis (≈ ETRE)

 

→ Logos (≈ UN) → Non Aliud (≈ PRINCIPE)

 

 Non Aliud ≈ Principe

                   ≈ Indétermination

                   ≈ Noun final ≈ Centre Métaquantique

Tableau 7

Ce tableau permet de comprendre qu’un problème psychologique peut être dû à un problème plus profond ontologique, le niveau de l’Etre.

 

Le problème est que l’on veut explorer un tout avec une partie. La technologie biomédicale actuelle ne peut détecter que le local centrifuge, à savoir l’électromagnétique et le nucléaire faible radioactif, ce qui ne donne qu’une vue fragmentaire. Cette technologie ne peut détecter l’antimatière. Seul le corps humain qui est un complexe de matière conjuguée à de l’antimatière peut détecter ce qui est antimatière. Il est en résonance avec le plan équatorial quantique, l’axe vertical subquantique et le centre métaquantique.

 

Figure 4

Le corps est un oscillateur harmonique. Équivalence vibratoire entre biologie et physique permet de savoir le niveau quantique ou subquantique du problème, espace ou temps, local ou non local.

Noradrénaline temps non local ivresse

Sérotonine temps local ≈ bonheur

Acétylcholine ≈ espace local ≈ euphorie

Dopamine ≈ espace non local ≈ plaisir

 

Le plan équatorial quantique est la projection des plans subquantique et métaquantique.

 

Figure 5

Un problème au niveau ontique quantique est souvent la conséquence d’un problème ontologique subquantique.

Le couple anode-cathode est le lieu de transformation du subquantique en quantique.

Figure 6

Rappel sur le rôle des pôles de l’axe vertical sémantique.

Cathode transforme antimatière en matière et anode transforme matière en antimatière.

 

B.  Perturbations

En pratique, les gens qui consultent en gestion du stress présentent le tableau vibratoire suivant; les zones de résonance pigmentaire ne sont pas détectables. Il faut trouver l’information diagnostique qui les fera réapparaitre.

   

Figure 7

Si le champ péricorporel antimatière n’est pas détectable, l’amplituèdre le fait réapparaître.

Figure 8

L’Amplituèdre est un révélateur du champ péricorporel qui ne se manifeste pas si blocage entre le quantique et le subquantique.

Les polygones résonnent avec les 4 dynamismes matière. Les polyèdres résonnent avec les dynamismes antimatière ou koshas.

 

C.  Perturbations du champ péricorporel

1/ amputations d’un secteur

Figure 9

Dans l’Alzheimer, le champ antimatière en résonance avec l’autonomie néocoticale n’est plus détectable. Seul le champ matière en résonance avec les automatismes du limbique est présent.

Dans l’épochè le limbique des automatismes, croyances et valeurs, est mis en parenthèse, n’est pas détecté.

Correspondances avec phénomènes physiques

 

Figure 10

 

2/. Permutations des dynamismes matière et antimatière

  

Figure 11

Permutations des 4 dynamismes matière et antimatière sont parallèles

2π est la normalité.

Π = permutation de sérotonine et adrénaline dans le couple orthosympathique ou énergie cinétique réaction allergique

Π/2 = l’axe parasympathique acétylcholine-dopamine ou énergie potentielle a pris la place de l’énergie cinétique ≈ choc anaphylactique

3π/2 = le couple local centrifuge sérotonine-acétylcholine a pris la place du couple non local centripète adrénaline-dopamine. C’est la réaction d’abandon du choc traumatique.

Les perturbations du secteur antimatière sont parallèles à celles du secteur matière.

 

3/ Trous noirs-trous blancs matière et antimatière

 

 

Figure 12

Ensemble des perturbations les plus courantes.

Figure synoptique des permutations et des trous blancs-trous noirs.

Comparaison entre permutations et trous noirs-trous blancs.

Parallélismes entre permutations des dynamismes matière et antimatière.

Antagonisme entre matière et antimatière dans trous blancs-trous noirs.

Matière et antimatière forment un couple.

Un trou blanc matière s’accompagne toujours d’un trou noir antimatière.

Un trou noir matière s’accompagne toujours d’un trou blanc antimatière.

Un trou blanc est une invasion des autres zones de résonance pigmentaire par un dynamisme matière ou antimatière.

Un trou noir est une intensification d’un dynamisme qui aspire tous les autres dynamismes.

 

 

4/ Trous noirs-blancs axe orthosympathique

Trous noirs du couple énergie cinétique temps local 16 sérotonine-temps non local 75 noradrénaline.

Figure 13

Figure 14

Le trou noir temps local sérotonine est très fréquent.

C’est le spectrogramme de l’hypnose, de l’alcool, de la cortisone, du placébo et de la prière.

 

Un trou blanc matière est toujours concomitant d’un trou noir antimatière

 

Figure 15

Le trou noir noradrénaline temps non local

Figure 16

 

Figure 17

 Une question fréquente est celle du spectrogramme de Donald Trump. Ce n’est pas un bipolaire mais un cas d’hypertonie orthosympathique. L’axe énergie cinétique forme un trou noir qui absorbe toute l’énergie potentielle parasympathique.

 

Figure 18

 

5/ Trous noirs-blancs axe espace parasympathique

Distorsion signifie qu’on ne trouve pas la torsion physiologique π (180 degrés) entre imaginaire antimatière et réel matière, équilibre dynamique physiologique entre antagonisme et complémentarité qui caractérise tout couple.

 

 

 

Figure 19 bis

Trou noir 70 espace local endodermique autisme

Trou blanc 70 Asperger

 

Figure 20

La zone de résonance de l’hyperespace gravitationnel est la position centrale. Dans le champ informatique antimatière, le prana antigravité est en position centrale. Sa fonction antigravité compense l’excès de gravité de la grossesse.

Dans décentrage, l’accès à l’hyperespace est refusé. Syndrome de l’oie sauvage coincée dans un marécage ou du saumon qui ne retrouve pas sa rivière, comme dans la céphalée coïtale.

 

6/ Trous noirs anode et cathode

Trou blanc cathode ≈ explosion de chaque dynamisme matière qui envahit les autres zones de résonance matière. Il est accompagné par un trou noir antimatière ou implosion des 4 dynamismes antimatière. La conjonction des opposés cathode et anode est responsable de l’homéostasie ou équilibre acidobasique.

Un trou blanc cathode ≈ amplification explosive des 4 dynamismes matière. Il est concomitant d’un trou noir implosif des 4 dynamismes antimatière.

Un trou noir anode ≈ intensification implosive des 4 dynamismes matière. Il est concomitant d’un trou blanc explosif des 4 dynamismes antimatière.

Tableau 5

Déficience anode diminue la formation du champ péricorporel antimatière. Diminution de la couche antigravitaire pranamaya entraîne la fatigue. Durant la grossesse cette diminution de la couche antigravitaire augmente la gravité de l’état gravide. La gravité n’est plus équilibrée par l’antigravité.

La conjonction des opposés anode et cathode donne l’homéostasie ou interobjectivité.

La coïncidence des opposés anode et cathode donne l’intersubjectivité ou holon ou bande de Moebius.

 

 7/ Distorsions

Les 4 dynamismes matière et antimatière ne sont pas détectables

Distorsion signifie qu’on ne trouve pas la torsion physiologique π (180 degrés) entre imaginel antimatière et réel matière, entre analogique et numérique, équilibre dynamique physiologique entre antagonisme et complémentarité qui caractérise tout couple.

A/Distorsions au niveau sémiotique ontique ondulatoire-corpusculaire

           Distorsion matière-antimatière ≈ hypersensibilité                                                             

B/ Distorsion au niveau sémantique ontologique analogique-numérique

            Distorsion espace/temps utopie, transhumanisme, cauchemar, somnambule, LSD, Noeud borroméen.

 

        Nœud Borroméen                  

Le jaune passe 2 fois sur le bleu et 2 fois sous le rouge. Le rouge passe 2 fois sur le jaune et 2 fois sous le bleu. Le bleu passe 2 fois sur le rouge et 2 fois sous le jaune.     

Il sert de modèle en psychanalyse lacanienne.                    

Ce spectrogramme a été difficile à décoder.  Il résonnait subquantique, donc champ de torsion, mais pas torsion physiologique, ce qui nous a amené à distorsion.

Distorsion signifie qu’antagonisme l’emporte sur complémentarité.

Distorsion = antagonisme = 3 π/2 et complémentarité = π/2

Confusion = antagonisme = 7 π/4 et complémentarité = π/4

Correction de la distorsion par l’Opérateur Triunité opérateur trinitaire, qui fait passer de l’Être à l’Un ou centre métaquantique.

8/ Confusions

  

Pas de résonance pigmentaire détectables. Il faut trouver l’information diagnostique pour que la résonance pigmentaire et idéogrammique reépparaisse.

Confusion antimatière/matière ≈ momification, développement durable.

Confusion matière/antimatière ≈ fossilisation

Confusion espace/temps ≈ psychose.

 

D. Conclusion

La séméiologie vibratoire révélée par la résonance biosémantique mésodermique ou vasculaire permet de préciser l’origine ontique quantique ou ontologique subquantique d’un problème de stress. Elle permet de suivre grâce au signal vasculaire l’évolution du recentrage qui transforme le traumatisme en tremplin.

C’est le passage de l’hologramme à l’holon ou bande de Moebius où intérieur et extérieur ne font plus qu’un. Chaque zone de résonance est à sa place et occupe également les autres zones. Le local reste local tout en étant devenu non local. 

C’est le spectrogramme de Monade Holon Bande de Moebius ≈ chainette fontaine ≈ autonomie locale cohésion globale.

La fontaine chainette est un tout, une monade ou holon. Une pulsion locale déclenche un mouvement global.

Holon ≈ Être ≈ Trou de Vers cosmologique ≈ réduction transcendentale

           Transsomption.

La rétroaction biosémantique vasculaire permet le passage de la Psychè ou Sens vers l’Être, puis vers le Un qui est ≈ Être + Non Être ≈ Logos,

 

Il reste alors sans trépasser à dépasser l’Un vers le Principe qui est ≈ Un + Non Un ou Non Aliud selon la terminologie la Docte Ignorance de Nicolas de Cues (4)

 

Références

1- Jean Ratte (1993-2019) Conférences

La plupart des figures et illustrations sont extraites de présentations antérieures

La lecture de toutes les conférences précédentes facilite la compréhension du texte présent.

 

2- René Thom (1988). Esquisse d'une sémiophysique, Paris, InterEditions,

 

3- Daniel Courty (2014). Vers la Médecine de l’Information 

 

        (2016). Deux modèles topologiques pour repenser l’unité psychobiologique humaine en Biomédecine : face aux thérapies suppléantes 

 

 

        (2017). Une nouvelle lecture de la Psyché: champ vacant pour les thérapies suppléantes :

 

 4- Nicolas de Cues (2007). Trois traités sur la docte ignorance et la coïncidence des opposés. Traduction Francis Bertin. Éditions du cerf. Paris